ACTIVITES DE AISDOP

ACTIVITES ET PROJETS DE SOCIETES REALISES ET EN COURS D'ETUDE

AISDOP HAITI

Fiche De Synthèse Du Projet

Titre

Le microcrédit, outils d'émancipation pour les femmes

OBJECTIFS DU PROJET

Objectif général

Objectifs spécifiques

Objectifs opérationnels

-  Contribuer à la réduction de la pauvreté des femmes en milieu rural

-Lutter contre la pauvreté en milieu rural.

- Promouvoir les droits fondamentaux des femmes.

 

- Favoriser l'accès des femmes au microcrédit.

- Créer des caisses villageoises.

- Développer des activités génératrices de revenus AGR

 

MOYENS NÉCESSAIRES

Moyens humains

Moyens matériels

Moyens financiers

1 comité de sélection des

dossiers.

1 Directrice

1 Secrétaire

1 Trésorière

Cahiers de comptabilité, matériels de bureaux, caisse, 2 ordinateurs complets, imprimante, Batterie, invertir et accessoires etc.

Micro crédits d'un montant de

125€, prêtés à un

taux de 5% et remboursés sur  5 mois et un mois de grâce a raison de 31,25 par mois,  renouvelable suivant comportement de la personne

PUBLIC CIBLE

40 femmes dans la commune de Desdunes

Les femmes sont regroupées au sein d'une organisation,  IDENA  (Initiative de Développement National)

PÉRIODE ET ÉCHÉANCIER

Durée : chaque 6 mois

Début du projet : Décembre 2015

Remboursement tous les mois.

PARTICIPATION DES BENEFICIAIRES

40 femmes dans la commune de Desdunes.

Les bénéficiaires payent un droit d'inscription de 3€  et des intérêts de 5%, qui

permettent de couvrir les frais de fonctionnement de la caisse.

AISDOP HAITI  organise la mise en place et le suivi du projet.

ÉVALUATION

Evaluation interne de  AISDOP HAITI à partir de critères quantitatifs précis.

Evaluation externe, réalisée par  à partir de critères qualitatifs.

COMMUNICATION

Utilisation des médias locaux de la ville, du site internet et des réseaux sociaux pour faire connaître

le projet et ses partenaires

BUDGET PRÉVISIONNEL

Le coût total du projet est de 8220.00 €.

Participation de l'association AISDOP HAITI est de 560 €    

Participation de l’association  ASSOCIATION  INTERCONTINENTALE DE STRATÉGIES DE DÉVELOPPEMENT ET D’OBSERVATION POLITIQUE (AISDOP HAITI)  est à la hauteur de 460.00 €

Participation  la Mairie de Desdunes 1200.00 €

La subvention sollicitée  6000.00€

 

       

 

Guide de l'Observation des Elections

Guide moe fGuide moe f (155.58 Ko)

ACCORD DE FIANCEMENTAccord de subvention2Accord de subvention2 (253.06 Ko)Accord de subventionAccord de subvention (245.89 Ko)Accord de subvention3Accord de subvention3 (204.31 Ko)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ASSOCIATION INTERCONTINENTALE DE STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT ET D’OBSERVATION POLITIQUE (AISDOP HAITI)

INTRODUCTION :

Haïti s’étend sur une superficie de 27 750 Km2 pour une population de plus de 8 millions d’habitants. La densité de la population est plutôt élevée (293 hab/km2) et tend à augmenter avec un taux de croissance de la population qui est de 2.26%. En matière de développement humain, Haïti occupait le 153e rang selon le rapport publié en 2005 par le PNUD. Le taux de croissance  est de 2,5% et le taux d’inflation se chiffre à 7.90%. La proportion de la population vivant sous le seuil de la pauvreté extrême (moins de USD 1 par jour) est estimée à 56% et celle vivant sous le seuil de pauvreté (moins de USD 2 par jour) à 76%. Le phénomène de pauvreté prend de l’ampleur en aggravant les conditions de vie déjà précaires des couches défavorisées de la population. Les indicateurs sociaux témoignent de graves insuffisances : l’espérance de vie moyenne se limite à 51.6 ans, le taux d’analphabétisme évolue autour de 48.1% et le taux de scolarisation est de l’ordre de 25%. Les vingt dernières années ont été particulièrement difficiles pour la population haïtienne qui, en plus de cette crise économique que traverse le pays, l’instabilité politique avec de nombreux bouleversements sur le plan politique. Le  12 janvier Haïti a connu 2010. Un tremblement de terre ravage le pays, tue plus de 222 000 personnes et laisse près de 2,3 millions de personnes sans abri. En octobre de la même année, en amont de la rivière de l’Artibonite, des premiers cas de choléra se manifestent et l’épidémie se propage rapidement, faisant plus de 3 500 morts et 150 000 malades à la fin de l’année 2010. Le 5 novembre, l’ouragan Tomas contourne Haïti par l’ouest mais balaie malgré tout certaines régions du pays avec des pluies torrentielles et des vents atteignant 130 km/h.

Les couches défavorisées ont développé des stratégies de survie en intégrant le secteur informel qui regroupe plus de 90% des emplois à travers des activités précaires ou de survie à faible valeur ajoutée utilisant des équipements désuets à productivité réduite. Les difficultés d’accès aux ressources productives en vue de réduire les disparités entre les groupes sociaux constituent l’une des principales contraintes au développement d’initiatives innovantes en matière de lutte contre la pauvreté. L’économie haïtienne se révèle donc incapable de générer une croissance forte et durable, condition essentielle à la création d’emplois. Cette tranche de la population n’avait pas accès à des services financiers.

III. PROBLÉMATIQUE :

En effet, les femmes Haïtiennes  et particulièrement les femmes rurales, sont non seulement les plus affectées par la pauvreté et l’exclusion, mais elles sont aussi dominées par un système socioculturel qui les définit négativement. L'intégration économique de la femme haïtienne continue de buter contre de nombreuses barrières sociales, culturelles et juridiques, en termes d'accès aux moyens de production, au crédit, à la technologie, à l'éducation et à la formation, mais aussi en matière de communication et de mobilité. La plupart des femmes sont, en outre, astreintes à des emplois précaires, sous-payés et dévalorisés. L’activité féminine en milieu rural s’exerce essentiellement dans les exploitations agricoles pour 86 % des femmes actives occupées, contre 68 % des hommes. La sous qualification représente une autre caractéristique importante de la main d’œuvre féminine : 65% des femmes actives ne possèdent aucun diplôme.

Plusieurs facteurs démontrent la situation de la femme :

  • Les femmes subissent avec fatalisme les traditions d’une société patriarcale. Elles considèrent ces valeurs comme "des jugements définitifs" dont elles n'entrevoient pas la sortie.
  •  L'accès des femmes à l'espace public demeure extrêmement limité. La proportion des femmes qui fréquentent les diverses structures publiques (administrations, banque, poste etc.) ne dépasserait pas les 10 % du total de la population féminine.
  • Les femmes subissent la tutelle des maris, des frères et même des fils. Elles reproduisent désormais cette tutelle par une autocensure ou autolimitation de la fréquentation des espaces publics.
  • L'accès des femmes à la propriété et aux ressources économiques est également réduit, bien qu'elles fournissent une quantité de travail souvent supérieure à celle des hommes. Les femmes qui entreprendraient des activités économiques autonomes sont mal vues par le milieu social. Elles sont de ce fait amenées à recourir à des ruses pour détourner des petites parts des produits ou pour développer des petites activités génératrices de revenu à l'insu des maris.
  •  Les femmes membres des associations mixtes n'ont pas de pouvoir réel. Bien que certaines d'entre elles occupent des postes importants dans les bureaux dirigeants (vice présidente, trésorière), elles ne sont pas impliquées dans la décision qui reste le monopole des hommes sous différents prétextes et procédures.
  • Les relations entre les rares associations féminines qui survivent et les collectivités locales sont très "superficielles". Elles se limitent à des petits appuis en prêt de matériel et autres petites banalités. Sinon, en général, les associations rencontrent de nombreux obstacles, y compris au niveau du droit à la simple information sur les procédures et les formalités administratives.
  • Les femmes sont toujours sous l'autorité des maris. De nombreux tabous et préjugés, constituant un lourd héritage culturel, gouvernent la famille. Les femmes sont victimes d'un "blocus". Elles estiment de fait qu'elles seraient sanctionnées si elles s'écartaient des traditions et des règles sociales. L'association ne peut pas intervenir à ce niveau. Cet héritage socioculturel est "infranchissable".
  • Les femmes ne possèdent rien en terme économique. Elles ne peuvent pas être ciblées isolément. Il faudrait donc adopter une approche famille.
  • Sur le plan politique, les femmes soumises à l'autorité patriarcale sont considérées de fait comme "une armée de réserve" lors des échéances électorales. Leur vote est instrumentalisé massivement dans le sens désiré par les hommes, quelles que soient les appartenances politiques.
  • Le travail associatif dans ces zones se réduit souvent à l'exécution de projets conçus sans leur participation.
  • Au sein des associations mixtes ou des réseaux, les femmes "ne veulent rien décider". Elles se mettent en position d'exécutantes. Elles restent prudentes dans les réunions et sceptiques. Elles ne veulent pas s'engager.
  •  Les associations féminines luttent encore pour asseoir leur existence. Elles "n'ont pas encore atteint le stade de la réflexion".

Enfin s’il n’a pas des efforts constants cette population restera condamnée à perpétuer le cycle de pauvreté.

            Dans la zone rurales, comme a Desdunes les femmes se marient très jeunes, et elles restent souvent prisonnière de tout un réseau des valeurs leurs traditionnelles, qui confèrent une très grande valeur à la procréation et réduisent pratiquement à néant toutes ses autres fonctions, leur statut dépend presque entièrement de leur réussite comme mères. Les enfants nés de mères très jeunes ont plus de deux fois de chances de mourir pendant leur première année, et ils courent deux fois plus les risques supplémentaires liés aux naissances rapprochées (moins de deux ans d'intervalle). La maternité chez l'adolescente aura moins de chances de poursuivre son éducation scolaire et de devenir autre qu'une mère, et la mère adolescente se retrouve inévitablement avec une famille nombreuse, tantôt sans mari.

Ignorer les besoins de la femme, c'est attirer sur soi toutes sortes de malheur :

  • Mortalité  infantile et juvénile élevée,
  • Récession  économique,
  • Agriculture  inefficace
  • Problème  d'environnement,
  • Éclatement social
  • Qualité  de vie médiocre.

La population, rurale à 80%, vit essentiellement de cultures vivrières. Les femmes, véritables piliers de la famille, sont particulièrement touchées par la difficulté de la vie : travaux dans les champs, corvées d'au, éducation des enfants,... Les ressources des familles proviennent essentiellement des cultures vivrières. Les femmes transforment quelques produits agricoles pour les vendre au marché. Les revenus, tirés de ces activités restent très faibles, compte-tenu du manque de moyens pour développer leur activité. Car les paysans n'ont pas ou très peu accès aux prêts traditionnels dans la mesure où ils ne présentent pas de biens suffisants pour être solvables. De plus, les taux d'usures pratiqués ne permettraient pas aux emprunteurs de rembourser leurs emprunts.

En termes socio-économiques, cette pauvreté se matérialise notamment par les éléments suivants:

  • Une  exposition élevée au risque sanitaire ;
  • Des disparités en termes d’accès aux actifs financiers et aux actifs physiques ;
  • Des inégalités d’accès à l’éducation et à la formation ;
  • Une faible participation des femmes dans la vie professionnelle

Les femmes rurales constituent le pilier de la survie alimentaire familiale et leur rôle d’éducatrice des enfants est indéniable. Pourtant  elles sont analphabètes à plus de 95%. Elles reçoivent moins d'assistance technique et de formation  de la part des services de vulgarisations, des filles à niveau d’étude extrêmement faible et déjà hors du système. Les femmes en milieu rural qui constituent le groupe le plus nombreux et le plus vulnérable de la population rurale pauvre, ont été oublié des programmes de développement ce qui est d'autant plus anormal, qu’elles pourraient jouer un rôle déterminant dans la lutte contre la pauvreté et qu'elles se sont révélées être d'excellente gestionnaires. A cela il faut

  • renforcer la formation des femmes à la gestion de ressource naturelles et de l'environnement;
  • réaliser la scolarisation non formelle des femmes en milieu rural, en portant l'alphabétisation de fille mère non scolarisée obligatoire;
  • renforcer la capacité d'approvisionnement en eau potable en milieu rural, par l'installation des pompes aspirante et d'aménagement de sources d'eau potable;-
  • contribuer à l'amélioration de la santé de la mère et de l'enfant par l'installation de services de santé en milieu rural pour les soins de santé primaire, à leur apprendre à mettre en valeur les avantages de l'espacement et la maternité sans risque et de lutter contre la propagation du VIH/SIDA et aux IST.

Investir dans les femmes en milieu rural, c'est supprimer tout ce qui les empêche de s'épanouir pleinement.

Donc un apport financier sous forme d'emprunt pour acheter des ustensiles et des matières premières permettrait à ces femmes d'augmenter leurs revenus serait nécessaire.

Le micro crédit est un outil de développement économique qui permet de satisfaire les besoins en financement d’une population exclue du système bancaire traditionnel. C’est dans cette perspective que l’AISDOP HAITI s’engage  en leur offrant la possibilité de bénéficier de microcrédit afin quelles deviennent indépendantes et autonomes.

En effet, la micro-finance a montré ces dernières années qu'elle était un levier de lutte contre la pauvreté et un « véritable catalyseur du développement économique des zones où elle s'implante » Nous pouvons la définir comme une structure de crédit à destination d'une tranche de population exclue du circuit de financement bancaire classique.

L'accès des femmes desduniennes au microcrédit leur permettrait de diversifier les sources de revenus du ménage, notamment pendant la période de soudure, ou lors d'une mauvaise saison des pluies, synonyme de mauvaises récoltes. L'association AISDOP HAITI, a pour objectif de soutenir le développement de populations rurales à Desdunes, dans les domaines éducatifs, écologique, économique sanitaire et social.

TITRE DU PROJET

Le microcrédit, outils d'émancipation pour les femmes

OBJECTIFS DU PROJET :

Le Projet vise à contribuer à la réduction de la pauvreté des femmes en milieu rural par l'accroissement de leur capacité à générer des revenus substantiels et le développement de leur compétence professionnelle et technique.

1°) Objectif général :

  • Contribuer à la réduction de la pauvreté des femmes en milieu rural ;

2°) Objectifs spécifiques :

  • Lutter contre la pauvreté en milieu rural ;

Le soutien du secteur de l'économie est un axe de développement pour les populations rurales à condition d'être envisagé sur le long terme : le microcrédit, par les faibles taux d'intérêt et le prêt à des populations exclues des circuits classiques, permet de créer ou de développer des activités génératrices de revenus (AGR).

  • Promouvoir les droits fondamentaux des femmes ;

Les femmes, souvent pilier de la famille, cumulent les tâches (travaux dans les champs, éducation des enfants, corvée d'eau). Leurs conditions de vie sont particulièrement difficiles. Le droit d'emprunter pour une femme pour développer une activité génératrice de revenu AGR, c'est déjà gagner en autonomie, en reconnaissance par les revenus qu'elle créé.

3°) Objectifs opérationnels :

  • Favoriser l'accès des femmes au microcrédit :

Le mois février, la saison des pluies a Desdunes, est une période particulièrement difficile pour les familles rurales : les réserves de céréales commencent à se faire rares et les travaux dans les champs sont intenses... Des revenus complémentaires permettent à la famille de faire face à des récoltes plus faibles, de se nourrir plus convenablement en diversifiant les apports.

L'accès à des prêts de 125€, pour une période de cinq mois à un taux de 5% doit permettre aux 40 femmes de développer des AGR déjà existantes (ventes de produits agricoles transformés au marché).

  • Créer une d’épargne et de crédit :

La création d'une caisse d’épargne, gérée par et pour des femmes, facilite les démarches administratives. Les garanties sont apportées par des cautions solidaires, qui s'engagent à rembourser le prêt si les échéances ne sont pas honorées.

Les frais d'inscription est de 3 € et un intérêt de 5% permettent de rémunérer dans la commune

  • Une directrice
  • Une  secrétaire
  • Une trésorière pour le suivi des prêts (choix des dossiers, encaissement des échéances).
  • Deux agents de prêts

 Le fonctionnement est pérenne et cinq emplois sont ainsi créés pour la gestion des prêts.

  • Développer des activités génératrices de revenus.

Les moyens financiers sont souvent le facteur limitatif pour développer une activité génératrice de revenu. L'investissement dans du matériel pour produire en plus grande quantité, l'achat de matières premières deviennent possibles avec un apport financier. Le remboursement chaque mois et un faible taux assurent un retour sur investissement rapide.

RESULTATS ATTENDUS

  • Amélioration de la situation socio-économique des femmes et, plus spécifiquement de promouvoir le potentiel et la position des femmes au sein de économie du ménage et dans l’économie du marché
  • Amélioration du taux de participation des femmes aux activités économiques et  à l'augmentation de leurs revenus et à leur accès durable aux services
  • Les revenus des femmes ayant bénéficié de microcrédits se sont accrus
  • Plus grande intégration des femmes dans l’économie locale de la zone du projet
  • Leadership féminin renforcé dans la zone du projet
  • Meilleur orientation des femmes vers des activités diversifiées et rentables
  • Meilleur accès des femmes au crédit et aux services financier
  • Un meilleur accès à la consommation et aux soins de santé.
  • Un meilleur accès à l’éducation.
  • L’autonomisation des femmes et l’égalité des sexes.
  • Une amélioration de leur pouvoir de décision et de leur mobilité spatiale.
  • Une meilleure insertion dans la vie économique du pays.
  • Une réduction de la violence domestique

Considérations particulières

L’exécution du projet entraînera inexorablement une bonne participation au développement socio-économique du pays.

V. MOYENS NÉCESSAIRES À LA RÉALISATION DU PROJET :

1°) Moyens humains :

Un comité de sélection des dossiers est composé de cinq femmes qualifiées dans cette commune.

  • Une directrice
  • Une  secrétaire
  • Une trésorière
  • Deux agents de prêts

Les prêts seront attribués à des femmes qui avaient une activité ou projet d’activité. Chaque demandeuse présente son projet oralement avec deux personnes notables pouvant avaliser le prêt.

Le suivi de chaque dossier est assuré par le comité (soit 5 femmes au total). Celles-ci sont indemnisées par l'AISDOP HAITI pour leur activité, elles toucheront une somme de 100€ pour 5 mois, Leur mission consiste à encaisser les échéances des bénéficiaires tous les mois, à établir un bilan à l’AISDOP HAITI et à recouvrir les créances d'un débiteur éventuel. A les rendre des visites  Leur indemnité est versée tous les mois.

Recettes envisagées

Prêts en euros

Taux Intérêt

Mois

Rentes en euros

5000

5%

5

1250

Un profit de 1250 € en 5 mois permet d’augmenter plus de femmes dans le projet

2°) Moyens matériels :

L’AISDOP HAITI fournit à la trésorière et à la secrétaire les cahiers de comptabilité et le petit matériel nécessaire (caisse, matériel de bureau, 2 ordinateurs complets, et internet imprimante, Batterie, inverter et accessoires etc.).

3°) Moyens financiers :

Chaque demandeuse paie des frais d'inscriptions de 3 €. Le montant des prêts est fixe : 125 € et paie la totalité de cette somme empruntée en 5 mois a raison de 31,25 € par mois et un mois de grâce qui sera renouvelable selon le principe dans le microcrédit.

Tout retard entraine une pénalité et une amande dans le but d’exiger les bénéficiaires de payer les fonds alloués  à temps.

Le coût total du projet s’élève à Huit mille deux vingt  Euros (8220.00 €).

Participation de l'association Association Intercontinentale de Stratégies de Développement et d’Observation Politique (AISDOP HAITI) est de Cinq cent soixante Euros (560 €) 

Participation de l’association IDENA est à la hauteur de Quatre cent soixante Euros (460.00 €)

Conscient de l’importance d’un tel projet la Mairie de Desdunes a mis à disposition d’une somme de mille deux cent euros (1200.00 €) pour la location et aménagement du local pour trois ans

La subvention sollicitée est de six mille Euros  (6000.00 €)

  1. Présentez de manière succincte la politique nationale [sectorielle] en référence au domaine d’intervention du projet.

L'objectif du projet est d'assurer l'accroissement des capacités des femmes à générer des revenus substantiels et le développement de leurs compétences techniques et professionnelles.

Il s' inscrit dans les orientations stratégiques et les priorités opérationnelles de la stratégie nationale de promotion féminine adoptée par le Gouvernement haïtien dont les axes stratégiques portaient sur: l'accès au crédit des femmes, le développement de l'entreprenariat féminin, le renforcement des compétences des femmes, le développement des organisations économiques de femmes, l'appui aux femmes dans le secteur informel, la création et/ou le renforcement des structures de financement accessibles aux femmes

  1. Décrivez la complémentarité du projet avec les autres programmes de développement existants [projets mis en place dans la zone par d’autres acteur-trices ].

Le projet se base sur une demande locale, ainsi que sur des compétences déjà en place par le groupement bénéficiaire. Il s’agit de compléter le microcrédit déjà existant afin de permettre à davantage de femmes rurales d’y avoir accès.

VI. PUBLICS CIBLES :

1°) Bénéficiaires directs :

40 femmes dans la commune de Desdunes

Se trouve département de l'Artibonite, arrondissement de Dessalines, à 1100 km au nord de Port-au-Prince.

  1. au nord par la rivière de l’Estère,
  2. au sud par la commune de grande saline
  3. à l’ouest par la baie de Grand Pierre,
  4. à l’est par la grande route, (route nle # 1)

 Élevée au rang des communes en 1983 sous le gouvernement Jean Claude Duvalier, elle a une superficie de 127,28  km  

                            Elle a une seule section communale connue sous le nom de Desdunes II, comprend les localités suivantes. Duclos, Modèle, Hatte Desdunes, Lagon Penyen, Grand Islet, Aux Sources.
Desdunes : généralités

           L’institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI) projetait en 1998 que la commune de Desdunes compterait 34 300 habitants en 2004 avec une plus grande concentration de sa population au niveau du centre ville. La densité estimée pour cette année était de l’ordre de 269 habitants/km2. Tandis que les résultats définitifs du grand recensement général de la population (GRGH) réalisé en janvier 2003 font état de 27 266 âmes dont 18 970 vivent en milieu urbain alors que 8 298 sont repartis dans les zones rurales. D’ou, 13 329 de ces habitants sont de sexe masculin, alors que 13 937 sont des femmes.

Aujourd’hui, la commune de Desdunes compte 39 266 habitants se repartit comme suit :

19 329 sont de sexe masculin alors que  19937 sont des femmes. Entre ces trois tranches d’âge :

-De 0 à 9 ans  = 9 285 enfants

-De 14 à 39 ans = 23 335 jeunes et adultes

-De 44 à 85 ans et plus = 6746 adultes et vieillards

La commune de Desdunes connaît un grand déficit en matière d’infrastructure de base, pour citer en exemple : l’électricité et l’eau potable qui ne sont pas bien distribuées, et il y a pas de ligne téléphonique publique et domicile. Le centre sportif moins structuré n’est pas doté d’espace pour différentes disciplines, aucun espace culturel public et de loisirs eu égard la place publique étant non achevée. Pas de couverture végétale adéquate.

Les institutions publiques (tribunal de paix, mairie, croix rouge, DGI, etc.…) ne sont pas logées dans des édifices publiques, le DINEPA, l’office d’état civil, le bureau du notaire et de l’arpenteur public n’ont pas même un local pouvant s’identifier.

La route principale est asphaltée et les rues secondaires ne sont pas asphaltées. Il existe un centre de santé situé à l’entrée de la ville et un dispensaire à Descahos, un marché local et un nombre insuffisant de policiers cantonnés au niveau du commissariat : environ une douzaine soit un policier pour 8 000 habitants.

                        Les religions sont catholicismes, les cultes reformés et le vodou. Ce dernier occupe une place importante dans la croyance de la majorité de la population et est librement pratiquée. Elle a une église Catholique,  une église Adventiste, une église témoin de Jéhovah, 11 églises réformées et 30 Péristyles. Plus de 80 % de la population pratique le vodou et croit en superstition (les ougans). Leurs principaux loisirs sont : deux night clubs et une place publique inachevée, le jeu de bâton et les danses traditionnelles (vodou, banda, en avant deux, pétro etc.…)  constituent les rythmes folkloriques. Les gaguères, les borlettes et les deux stations de radio une chaine télévision  pour ne citer que ceux-là.

L’éducation de cette commune repose sur le secteur privé Elle a huit (8) collèges et un lycée, dix huit (18) écoles primaires privées et une école nationale, quatre (4) kindergartens.

1.         Du point de vue climatique

            La commune de Desdunes est caractérisée par deux grandes saisons très marquées qui se distinguent entre elles par leur degré d'humidité (pluviosité).  Les températures varient de 15­­­ºC à 35ºC en fonction de l’altitude et de saisons. On distingue :

            -           une saison sèche allant de Novembre à Avril, au cours de laquelle la pluviométrie totale oscille entre 100 et 100 mm ;

            -           une saison pluvieuse qui la suit et s'étend de Mai à Octobre, avec une pluviométrie variant selon les années entre 1000 et 1 200 mm.

2.   Du point de vue géomorphopédologique

                        Les sols de la commune de Desdunes sont généralement calcaires.  Ce sont des sols alluviaux très profonds (1,100 m) à profils pédo-génétiques peu évolués. Ils sont, pour la plupart imparfaitement drainés à cause du relief qui est très plat. Ces sols fortement argileux sont favorables à la riziculture.

3.  Caractéristique agro-climatiques de La commune de Desdunes

            Compte tenu des conditions pédo-climatiques existantes, deux grandes périodes de culture se définissent pour La commune de Desdunes.

La première se situe entre Novembre et Avril ; elle correspond à la saison sèche où les précipitations sont rares et la fourniture en eau reste insuffisante par rapport aux besoins des cultures.

La seconde s'étale sur les mois de Mai à Octobre ; elle correspond à la saison humide où les précipitations sont très abondantes engendrant quelques fois des inondations dans les parties basses de la commune.

Ces particularités affectent sans nul doute la production agricole.

                        Au cours de la saison sèche, il en résulte une diminution de la superficie emblavée en riz d'environ 100 % par rapport à la saison des pluies ; les producteurs tendent à remplacer le riz par l'installation d'autres cultures moins exigeantes en eau telles que le maïs et des cultures maraîchères (oignon, tomate) qui sont des cultures de jours courts et de température moyenne relativement basse (23,5°C en Décembre).

                        Par contre, des variétés de riz comme La Crête et Shella sont plus productives durant cette saison sèche.

                        En saison pluvieuse, la présence constante d'une quantité trop importante d'eau dans les parties basses de cette commune pose des inconvénients de nature à influencer à la baisse de fertilité des rizières et le rendement des cultures (riz). Il en résulte en effet dans les zones les moins bien drainées le jaunissement des plantules par immersion prolongée.

40 dossiers seront sélectionnés (pour 40 femmes dans la commune). Le choix sera établi par le comité de sélection qui vient appuyer des activités déjà existantes, mêmes minimes.

2°) Bénéficiaires indirects :

5 personnelles, indemnisées dans la commune pour le suivi des prêts.

La famille de la bénéficiaire profite des plus values apportées par l'AGR développée par la femme, elle même génératrice de croissance pour l'économie locale.

A long terme, les moyens financiers permettront aux familles de payer les frais de scolarité plus élevés dans le secondaire afin que leurs enfants accèdent au collège. De plus, qu'une année de scolarisation supplémentaire augmentait de 10% les revenus de la famille. Un enfant dont la mère sait lire et écrire a 50% de plus de chance de vivre au delà de 5 ans.

Stratégie de réalisation

Des séances de formations et de motivation seront organisées avant le projet par le comité exécutif de l’AISDOP HAITI et de la Mairie. Une réunion de sensibilisation sera tenue le premier jour de l’ouverture du projet entre le comité et la population cible pour les informer des objectifs spécifiques et des activités envisagées.

VII. PÉRIODE ET ÉCHÉANCIER DU PROJET :

Durée des prêts : chaque 5 mois et un mois de grâce c'est-à-dire les bénéficiaires commencent à rembourser les prêts dès le deuxième mois. Soit 31,20 € par mois. Renouvelable selon le principe  de microcrédit.

Début du projet envisagé : Décembre  2016

AISDOP HAITI mettra en place une structure opérationnelle pour la conduite du projet. La direction AISDOP HAITI s’impliquera activement dans la coordination et la supervision du projet. Les activités se dérouleront selon le planning ci-dessous

Chronogramme des activités (les chiffres sont exprimés en mois)

Activités

1

2

3

4

5

6

7

Entité

Location de local pour le bureau

_

 

 

 

 

 

 

AISDOP HAITI

Acquisition des matériels de Bureau

---_

 

 

 

 

 

 

AISDOP HAITI

Formation pour les demandeuses de prêt

___

 

 

 

 

 

 

AISDOP HAITI

Lancement officiel

 

 

 

 

 

 

 

AISDOP HAITI/ Bailleur

Supervision

 

 

--_-----

----_---

--_-----

--------

----------

Directrice/ Bailleur/

AISDOP HAITI

Campagne de sensibilisation

______

______

______

______

______

______

 

AISDOP HAITI

Rapport intermédiaire

 

 

*****

******

******

***

*****

AISDOP HAITI/ Directrice/

Rapport et évaluation

 

 

 

 

 

 

++++++

Directrice/ AISDOP HAITI/

Bailleur

NB. En cas d’obtention du financement recherché, l’IDENA s’emploiera à établir un calendrier précis de mise en œuvre

Analyse des risques et hypothèses

AISDOP HAITI entend mener à bien l’activité. Toutefois les résultats risquent de ne pas être atteints en cas de force majeure. A ce titre les éléments ci-après sont à prendre en compte :

- Les femmes retenues pour bénéficier ne peuvent pas produire des AGR

- AISDOP HAITI apporte son apport à la réalisation du projet;

- Les fonds recherchés sont obtenus et disponibles à temps dans le compte de AISDOP HAITI.

- Une crise sociale aiguë entraînant un dysfonctionnement administratif général du pays

- Instabilités politique, Cataclysmes naturels

VIII. PARTICIPATION DES BENEFICIAIRES :

La participation des population-cible est une condition sine qua non de l’ancrage du projet et de sa réussite, dans une dynamique de partenariat, de coopération, impliquant toutes les femmes.

L'AISDOP HAITI forme une secrétaire et une trésorière dans la commune, chargées de suivre les projets. L'association fournit les cahiers de comptes « caisse AISDOP HAITI ».

Le taux d'intérêt de 5% et les frais d'inscription de chaque bénéficiaire permettent d'indemniser la Secrétaire et la Trésorière dans la commune. Les bénéficiaires étant pour la plupart non solvables, des cautions solidaires sont mise en place lors de la signature du prêt en cas de non remboursement des échéances (maladie, décès, activité qui ne dégage pas assez de bénéfice). Deux personnes différentes au minimum se portent ainsi garantes du prêt et s'engagent à le rembourser (pourcentage répartis en fonction du nombre de caution). Le non remboursement d'un prêt entraîne alors l'impossibilité pour les personnes qui se portent caution de se voir attribuer un prêt dans le futur. Les études montrent que les taux de remboursement augmentent lorsque les bénéficiaires sont proches de la structure qui prête (ils se connaissent), et lorsque la complexité du prêt diminue (le degré de sophistication des prêts est ici très simple, les formalités administratives réduites au stricte minimum).

IX. ÉVALUATIONS:

La Secrétaire et la Trésorière transmettent à l'AISDOP HAITI et à AISDOP MONDE un bilan mensuel des remboursements en cours, des éventuelles difficultés rencontrées.

 A la fin du programme un dispositif de suivi, d’évaluation sera mis en place en vue de s’assurer de la bonne utilisation de fonds alloués.

A l'issue de la période d’un an, un bilan s'appuyant sur des critères quantitatifs et qualitatifs est effectué, afin d'envisager une reconduction ou une évolution du projet.

Le bailleur de fond et AISDOP MONDE pourront s’ils les désirent, désigner un représentant pour suivre sur place le déroulement du projet.

Moyens de mise en œuvre :

Un comité technique de 5 membres sera mis en place pour la préparation des modules et le suivi de la bonne exécution du projet.

Des séances de formation et de sensibilisation au profit des demandeuses seront organisées sur les thèmes :

Retombées du projet ;

Importance de micro crédit pour les femmes; 

Inventaire des zones et des ménages les plus nécessiteux;

Identification des bénéficiaires directs;

Formation des bénéficiaires ;

Acquisition de matériels;

Recrutement local des ressources humaines;

X. PLANIFICATION DU PROJET :

Le présent projet est planifié par une méthode d’intervention par objectif qui consiste à définir les objectifs clairs et réalisables, valables pour une longue durée

- Améliorer la communication et la coopération entre tous les partenaires impliqués dans le projet,

- Définir les indicateurs quantitatifs et qualitatifs pour suivre et évaluer le projet.

1°) Indicateurs quantitatifs :

  • Nombre de demandes.
  • Taux de remboursement des prêts.
  • Taux de respect des échéances.
  • Taux d'augmentation des revenus pour les bénéficiaires.
  • Taux d'AGR qui sont pérennisées à l'issue du prêt.

2°) Indicateurs qualitatifs :

  • Qualité des relations entre les bénéficiaires et les femmes responsables de la caisse.
  • Demandes de créations de nouvelles AGR,
  • Demande d'augmentation des sommes prêtées.
  • Type d'AGR qui fonctionnent le mieux, quels produits, quels processus de vente?
  1. Acteurs concernés

Le principal acteur est l’organisation demanderesse Association Intercontinentale de Stratégies de Développement et d’Observation Politique (AISDOP HAITI) et inclura d’autres organisations dans la commune.

Association Intercontinentale de Stratégies de Développement et d’Observation Politique (AISDOP HAITI) participera activement au suivi des activités programmées.

       Le bailleur de fonds mettra au moment opportun des moyens financiers à la disposition du projet et veillera à la bonne marche des activités prévues. Il exécutera pendant et après l’exécution une évaluation générale.

       Les autorités locales (CASEC, ASEC etc.) et les autres organisations de base offriront leur appui inconditionnel à la réalisation des travaux. Elles participeront activement au processus de sensibilisation que l’organisation mettra en œuvre tout au long des activités.

  1. Approches pour la réalisation
  • En collaboration avec les autorités locales, Association Intercontinentale de Stratégies de Développement et d’Observation Politique (AISDOP HAITI) organisera des marches de sensibilisation dans la zone durant toute la durée du programme;
  • Des sessions de formation au profit des formateurs locaux débuteront le projet ;
  • L’organisation mettra à la disposition du projet la main d’œuvre spécialisée et/ou non spécialisée pouvant accomplir les tâches ;
  • Association Intercontinentale de Stratégies de Développement et d’Observation Politique (AISDOP HAITI) sera impliquée à toutes les phases du projet : planification, exécution, suivi et évaluation…etc.

SOURCES D’INFORMATIONS

Visite des lieux-Observation de terrain-Enquête-Sondages-Supervision-Suivi et évaluation-Témoignage des habitants

VIABILITE ET PERENNITE DU PROJET

  • Viabilité technique

Un comité technique de 5 personnes consiste à encaisser les échéances des bénéficiaires tous les mois, à établir un bilan à l’AISDOP HAITI et AISDOP MONDE et à recouvrir les créances d'un débiteur éventuel. A les rendre des visites  Leur indemnité est versée tous les mois

Maintenance des ordinateurs et d'autres appareils tous les mois.

  • Viabilité juridique

Patente à la Direction Générale des Impôts DGI et une autorisation de la Mairie Desdunes pour le micro crédit

  •     Viabilité économique et financière

Un frais d'inscriptions pour chaque demandeuse et un taux de 5 % pour chaque prêt dans la commune. La  participation des femmes aux activités économiques et  à l'augmentation de leurs revenus et à leur accès durable aux services

  • Viabilité social

Amélioration de la situation socio-économique des femmes et, plus spécifiquement de promouvoir le potentiel et la position des femmes au sein de économie du ménage et dans l’économie du marché

Nous avons donc besoin de votre soutien pour mener à bien ce projet de microcrédit, destiné aux véritables piliers de la famille, elles qui sont particulièrement touchées par la dureté de la vie dans la commune.

Budgets prévisionnels

 

DEPENSES

RECETTES

ATT : financement déjà attribué  et SOL : financement sollicité)

NATURE

 

Qté

Montant

Euros

Montant total

Euros

Nature

Montant

Euros

ATT / SOL

1. Investissement immobilier

 

 

 

1. Fonds propres  

 

 

Location d’un local pour 3 ans

 

 

 

1000.00

 

1000.00

 Associations AISDOP HAITI

560.00

ATT

 Aménagement  du local

 

 

200.00

 

200.00

 

 

 

2. Investissement technique /

 mobilier

 

 

 

 

2. Apport des partenaires du projet

 

 

Bureau

1

 

    70.00

 

 

 

Matériel  de bureau

 

 

  100.00

LA Mairie de Desdunes

1200.00

ATT

Caisse

1

 

    50.00

 

 

 

Imprimante

1

 

  100.00

 

 

 

Ordinateurs  complets

1

300

  300.00

 

 

 

Batterie + inverter +accessoires

 

750

  750.00

 

 

 

Prêt

 

 

 

 Participation  IDENA

460.00

 

Prêts pour 40 femmes

40

125.00

5000.00

 

 

 

3. Formations

 

 

 

 

 

 

Spécialiste en Sensibilisations et formations

2

40.00

         80.00

 

 

 

4. Personnels

 

 

 

 

 

 

Une directrice

1

100.00

100.00

 

 

 

Une trésorière

1

100.00

   100.00

3. Montants sollicités

6000.00

SOL

Une  Secrétaire

1

100.00

   100.00

 

 

 

 Deux Agents de prêts

2

80.00

160.00

 

 

 

5. Services extérieurs

 

 

 

 

 

 

Publicités  radio, télé,

 

60.00

60.00

 

 

 

Flyers) affichages, banderoles

 

50.00

50.00

 

 

 

TOTAL GENERAL

 

 

8220.00

TOTAL GENERAL

8220.00

 

 

 

 

 

 

Action n°1

TOGO-LOME

INTITULE DU PROJET :

TOURNOI DE FOOTBALL DE SOLIDARITE    DES ECOLES PRIVEES ET PUBLIQUES

ORGANE INITIATEUR :

OBSERVATOIRE DES PRECEPTES CULTURELS POUR L’INTEGRATION (OPCI)

EN PARTENARIAT AVEC

L’ASSOCIATION INTERCONTINENTALE DE STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT ET D’OBSERVATION POLITIQUE (AISDOP)

PERIODE :

NOVEMBRE 2014 – JANVIER 2015

              « Réfléchir dans un environnement  sein pour bien agir »

FICHE ANALYTIQUE

 

Dénomination du projet

Tournoi de football de solidarité des écoles privées et publiques

Pays

Togo

Région

Maritime

Ville

Lomé - Golfe

Structure exécutante

    (OPCI- AISDOP)

Bénéficiaires

Elèves des établissements privés et publiques

Adresse

07BP : 13 555 Lomé Togo

Adidogomé  Yokoe agblegan

Cel : 90 06 16 98 / 97 16 96 10

Personne à contacter

Romuald K. SEGLA

Coût total de l’action

3 015 100 F CFA

Objectifs

Créer une relation d’amitié et de solidarité entre les écoles privées et publiques

Résultats attendus

  • Renforcer les liens entre les établissements privés et publiques.
  • Promouvoir la collaboration étroite entre les élèves du privé et du publique
  • Justifier l’égalité entre les fils et filles du Togo.
  • Créer des partenariats entres les écoles privées et publiques pour des échanges inhérents à l’éducation des enfants.

INTRODUCTION

Crée en 2012, l’Observatoire des Préceptes Culturels pour l’Intégration (OPCI-Togo) est une organisation apolitique et à but non lucratif, une branche de l’Association Intercontinentale de Stratégies de Développement et d’Observation Politique(AISDOP) qui a pour souci de contribuer à la redynamisation du secteur culturel au Togo en incitant davantage les jeunes de toutes les couches sociales à s’engager énergiquement pour leur propre épanouissement  et celui de leur environnement immédiat à travers la promotion de l’éducation et de la culture. En effet, elle initie un projet de « tournoi de football de solidarité des écoles privées et publiques »

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Le tournoi de football de solidarité entre des écoles privées et publiques s’inscrit dans le cadre de l’Engagement Civique des Jeunes et se veut un environnement propice dans lequel, ensemble, les participants partageront des expériences pratiques concernant la culture, la tolérance et l’acceptation de l’autre à travers le football, un sport rassembleur par excellence de par son caractère collectif.

Par ailleurs la jeunesse est une période où les jeunes participent avantageusement à la vie civique et s’impliquent activement dans des organisations sociales, en vue de renforcer l’action collective visant à aider les gouvernements et décideurs à fournir de bons services publics. Au delà tout ça, l’OPCI qui est une plate forme culturelle s’évertue à mobiliser la jeunesse des écoles privées afin de réfléchir ensemble sur les issues possibles dans la résolution des problèmes inhérents aux cadres socio-culturels en participant à tous les nivaux aux stratégies de stabilité et de restauration de la paix dans notre pays le Togo.

OBJECTIFS

Pour cette   première édition, il convient de :

  • Réunir des jeunes de divers horizons pour une cause purement sociale,
  • Créer un lien entre les écoles privées et publiques
  • Conscientiser les jeunes sur l importance de l’éducation et de la culture,
  • Préparer la jeunesse à cultiver l’amour et la tolérance,
  •  Promouvoir le brassage culturel,
  • Sensibiliser les jeunes  sur les thématiques  transversales,
  • Etablir un partenariat entre les institutions privées et publiques chargées de l’éducation

LES ACTIVITES

Au cours de ce tournoi de diverses activités seront organisées à savoir :

  • Des sensibilisations sur des thématiques de la paix et de la santé ;
  • Les différentes phases dudit tournoi :
  1. La constitution des poules
  2. Le tirage au sors des équipes
  3. L’emploi du temps des différentes rencontres
  4. La phase éliminatoire
  5. Le quart de finale
  6. La demi-finale
  7. La finale / La remise des prix

LES RESULTATS ESCOMPTES

  • Renforcer les liens entre les établissements privés et publiques.
  • Consolider la collaboration étroite entre les élèves des écoles privées et du publiques
  • Justifier l’égalité entre les fils et filles du Togo.
  • Susciter des partenariats entres les écoles privées et publiques pour des échanges inhérents à l’éducation des enfants.

LES PARTENAIRES POTENTIELS

  • Les ministères des enseignements général et technique
  • Les directions générales de l’éducation
  • Les établissements privés et publiques
  • Certaines sociétés et personnes de bonne volonté

BUDGET

libellés

                   PU

              Qté

                   Total

 

COMMUNICATION ET MEDIA

 

 

 

 

Cartes téléphoniques :Tgcel & Moov

4 500

10

45 000

 

Prospectus

200

50

10 000

 

Radios

60 000

2

120 000

 

Télés

60 000

2

120 000

 

Banderoles

25 000

2

50 000

 

Tee-shirts

2 500

50

125 000

 

Presses écrites

40 000

2

80 000

 

Sous total 1

   

550 000

 

DEPLACEMENT

 

 

 

 

Frais de distribution des courriers

30 000

2

60 000

 

Frais de transport des matériels de match

10 000

12

120 000

 

Sous total 2

   

180 000

 

PRISE EN CHARGE DES PARTICIPANTS

 

 

 

 

Jeux de maillots+ballons

150 000

3

450 000

 

Prix(trophée+enveloppes)

350 000

1

350 000

 

Jus   

12 000

20

240 000

 

Boîtes à pharmacie

58 000

2

116 000

 

Accueil

5 000

10

50 000

 

Arbitrage

10 000/M

5

600 000

 

Sous total 3

   

1 806 000

 

CEREMONIES

 

 

 

 

Cérémonie de lancement: Cocktail

25 000

30

75 000

 

Cérémonie de clôture:

25 000

300

75 000

 

Sous total 4

   

150 000

 

RAPPORTS

 

 

 

 

Rapports d'activités

5 000

10

50 000

 

Photo de famille

500

10

5 000

 

Sous total 5

   

55 000

 

Sommes des totaux

   

2 741 000

 

Imprévus

   

274 100

 

TOTAL

   

3 015 100

 

 

Arrêter ce budget à la somme de Trois Millions Quinze Mille Cent Francs CFA (3 015 100 F CFA)

 

Action n°2

205/2016 /ASSOCIATION INTERCONTINENTALE ET DE STRTEGIES DE DEVELOPPEMENT ET D`OBSERVATION POLITIQUES 

(AISDOP HAITI)

Rapport sur la formation de mutuelle de Solidarité

En effet, les femmes Haïtiennes  et particulièrement les femmes rurales, sont non seulement les plus affectées par la pauvreté et l’exclusion, mais elles sont aussi dominées par un système socioculturel qui les définit négativement. L'intégration économique de la femme haïtienne continue de buter contre de nombreuses barrières sociales, culturelles et juridiques, en termes d'accès aux moyens de production, au crédit, à la technologie, à l'éducation et à la formation, mais aussi en matière de communication et de mobilité. La plupart des femmes sont, en outre, astreintes à des emplois précaires, sous-payés et dévalorisés. L’activité féminine en milieu rural s’exerce essentiellement dans les exploitations agricoles pour 86 % des femmes actives occupées, contre 68 % des hommes. La sous qualification représente une autre caractéristique importante de la main d’œuvre féminine : 65% des femmes actives ne possèdent aucun diplôme.

La population rurale à 80%, vit essentiellement de cultures vivrières. Les femmes, véritables piliers de la famille, sont particulièrement touchées par la difficulté de la vie : travaux dans les champs, corvées d'au, éducation des enfants,... Les ressources des familles proviennent essentiellement des cultures vivrières. Les femmes transforment quelques produits agricoles pour les vendre au marché. Les revenus, tirés de ces activités restent très faibles, compte-tenu du manque de moyens pour développer leur activité. Car les paysans n'ont pas ou très peu accès aux prêts traditionnels dans la mesure où ils ne présentent pas de biens suffisants pour être solvables. De plus, les taux d'usures pratiqués ne permettraient pas aux emprunteurs de rembourser leurs emprunts.

En termes socio-économiques, cette pauvreté se matérialise notamment par les éléments suivants:

  • Une  exposition élevée au risque sanitaire ;
  • Des disparités en termes d’accès aux actifs financiers et aux actifs physiques ;
  • Des inégalités d’accès à l’éducation et à la formation ;
  • Une faible participation des femmes dans la vie professionnelle

Donc un apport financier sous forme d'emprunt pour acheter des ustensiles et des matières premières permettrait à ces femmes d'augmenter leurs revenus serait nécessaire sur est un outil de développement économique qui permet de satisfaire les besoins en financement d’une population exclue du système bancaire traditionnel. C’est dans cette perspective que AISDOP Haïti avec le soutien de l`IDENA a organise une séance de formation sur la mutuelle solidarité a une cinquantaine femmes aux femmes exclues du système bancaire classique des services financiers. Afin quelles deviennent indépendantes et autonomes.

  1. Définition de Mutuel solidarité.

La  MUSO  est un groupement de 15 à 50 personnes d'une même localité qui se connaissent, se font mutuellement confiance qui ont décidé de fonder un groupe d’épargne et de crédit afin de  gérer un système simple, souple et solidaire.

La Mutuelle de solidarité ou  MUSO est une réponse originale à des services financiers en milieu rural vulnérable lorsque l'on est confronté à une offre inadaptée aux besoins (du fait des conditions d'octroi, des délais, des coûts, etc.), voire inexistante (zones reculées, en crise politique...), elle est  à la fois un outil de financement populaire et un groupe d'entraide.

Montrer les femmes importance d’un MUSO. Un véritable catalyseur du développement économique des zones où elle s'implante, un levier de lutte contre la pauvreté

 La  MUSO  est articulé autour de trois caisses clairement identifiées :

Une caisse verte recueille les cotisations dont le montant accumulé constitue le fonds de crédit. Cette épargne est récupérable, notamment au moment de la retraite.

Une caisse rouge recueille des cotisations non récupérables et sert de fonds de secours (incendie, maladie…).

Une caisse bleue peut (entre autres services) accueillir des financements de l'extérieur.

Les règles concernant la sécurité des fonds :

Ouverture des caisses en assemblée,

Tenue des comptes,

Séparation des rôles, des caisses et des clés) sont intangibles. Toutes les autres décisions sont prises en assemblée générale : fréquence et montant des cotisations, attributions de crédits, participation aux frais, utilisation de la caisse rouge...

Les avantages de cet outil (simplicité, décentralisation, autogestion et appropriation aisée)

Sur le plan social, la  MUSO  est un outil dont les principes de fonctionnement et l'activité régulière permettent apprentissage et organisation

 Sur le plan financier, L'octroi d'un crédit, est très rapide, simple, sans exigence de garantie, diminue la vulnérabilité des membres (même si les montants ne les couvrent pas encore tous, notamment pour les investissements à moyen terme par exemple) 

La MUSO est un outil de développement économique qui permet de satisfaire les besoins en financement d’une population particulièrement les femmes en rural exclues du système bancaire traditionnel.

Son but est d’améliorer les conditions de vie des bénéficiaires d’une manière globale et durable. Elle vise à augmenter le pouvoir économique des bénéficiaires, à réduire l’exclusion, à favoriser l’émancipation (des femmes notamment), et enfin à réduire la vulnérabilité aux chocs économiques.

L’objectif est de réduire la pauvreté de 50% des femmes en milieu rural, d'assurer l'accroissement des capacités des femmes à générer des revenus substantiels et le développement de leurs compétences techniques et professionnelles

Un comité de sélection des dossiers est composé de trois femmes qualifiées

Une présidente

Une  secrétaire

Une trésorière

Les prêts seront attribués à des femmes qui avaient une activité ou projet d’activité. Chaque demandeuse présente son projet oralement sans aval de personne

Le suivi de chaque dossier est assuré par le comité. Leur mission consiste à encaisser les échéances des bénéficiaires tous les mois, à établir un bilan et à recouvrir les créances d'un débiteur éventuel. A les rendre des visites  Leur indemnité est versée tous les mois.

Recettes envisagées

Prêts

Taux Intérêt

Durée

X

Y %

12

2°) Moyens matériels :

AISDOP Haïti  fournit à la trésorière et à la secrétaire les cahiers de comptabilité et le petit matériel nécessaire (caisse, matériel de bureau ordinateur imprimantes etc.).

NB. La formation se fait en créole

PROJET MARAICHER/2016Projet maraicherProjet maraicher (14.77 Ko)

       
       

Action n°3

01/2015CONFERENCE DEBAT SUR AISDOP LE JOUR DE LA CRATION DE AISDOP RDCONGO

Il s'est tenu ce 27 juin2015 à Kinshasa capitale de la République Démocratique du Congo;une journée commémorative du premier anniversaire l'Association Intercontinentale de stratégies de développement et d'observation politique, en sigle AISDOP.
La journée s'est ouverte par l'allocution du Secrétaire Général AISDOP.RDCONGO en la personne de Mr NICOLAS KALALA qui prenant en premier la parole devant nos multiples invités ; est allé en bon orateur fixé l'auditoire sur l'historique de notre Association :
-l'AISDOP étant une ONG de stratégies de développement au profit de nos communautés tant nationales que intercontinentales pour ce prendre en charge face aux problèmes qui sont les leurs.
-l'AISDOP  travail dans le cadre humanitaire pour assister les communautés à avoir un développement harmonieux dans la paix et la tranquillité...
Après l'historique, le Secrétaire Général se référant au thèmes du jour,parlera de qui sommes nous: En réalité l'AISDOP MONDE est association de stratégies de développement à caractère Humanitaire, Laïc et APOLITIQUE.
Il finira son intervention par la présentation du Président du Bureau exécutif national AISDOP.RDCONGO en la personne de Mr EMMANUEL KADIMA,lui succédera après l'avoir invité à tous rendre la parole pour prononcé son allocution en vue d'éclairer l'auditoire.
Après avoir souhaité la bienvenue aux invités, le Président de l'AISDOP RDCONGO
est allé vite présenter à l'auditoire, le tableau sombre et alarmant de nos communautés sur la planète terre du développement caractérisé par la souffrance, la misère, le chômage, la famine... et tout ceci par ce qu'il nous manque la culture de paix et du développement communautaire...
L'absence de cette culture vient du fait que nous sommes souvent dans le monde victime de la xénophobie (tribalistes)... et cette attitude est un virus qui ronge nos communautés en général sur cette planète terre.
Et il a explicité l'AISDOP qu'est-ce?
Nous sommes une chaine de femmes et des hommes rassemblés pour parler et instaurer la paix rien que la paix pour tout développement universel.nous sommes un outil de partage ; des conseils ; et d'orientations profitable aux cinq continents de la planète.
Il a parlé de l'existence de l'association :
-AISDOP a vu le jour en France, et Annonce Numéro 1689-page 3411,92-hauts-de seine du Journal Officiel de la République Française lois et décrets.
-Reconnu officiellement en République Démocratique du Congo sous le Numéro justice 0512/936/DPJ/Cul-Ass/2014,et sous le F92:1007.
Il a épinglé aussi dans le cadre des objectifs du millénaire pour le développement (OMD)en sigle,il faut protéger les femmes et les enfants vecteurs de paix et acteurs du développement...
Il a insisté sur la mission de l'AISDOP:
-De sensibiliser et vulgariser les communauté des choses questions sur le temps

02/2015

 

 

              PROVINCE DU KATANGA

             DISTRICT DU TANGANYIKA

             TERRITOIRE DE KALEMIE

 

 

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

 

 

 

 

Nom de l’organisation :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Titre du projet :       Projet de lutte contre l'insalubrité en milieu urbain dans le

Territoire de  Kalemie en province du Katanga, District du   Tanganyika en RD Congo.

 

 

(Partenariat Commune avec la zone de santé de Nyemba, Communauté d'Agglomération de Kituku dans l’aire de santé de Kituku et  Kahite dans l’aire de santé de Lubuye).

 

 

Projet soumis par :           Emmanuel Kadima

                                            Le président national AISDOP-RD Congo

                       

 

 

 

 

AISDOP-RDCONGO

 http: //aisdoporg.wifeo.com

 E-mail : aisdop-rdcongo@gmail.com

Année 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IDENTIFICATION DU PROJET

 

1 .Titre du projet :       Projet de lutte contre l'insalubrité en milieu urbain dans le

Territoire de  Kalemie en province du Katanga, District du   Tanganyika en RD Congo.

 

(Partenariat Commune avec la zone de santé de Nyemba, Communauté d'Agglomération de Kituku dans l’aire de santé de Kituku et  Kahite dans l’aire de santé de Lubuye).

Période : 8 mois à partir de 06 / Janvier/2015  jusqu’au  06/septembre/2015

Coût  total du projet : USD: 696854,60       EUROS : 553059,21

2. Contexte et justification du projet

A Kalemie l’eau potable courante est produite et gérée par une entreprise : une société publique de patrimoine de l’Etat (La REGIDESO) qui s’occupe de la production, la distribution et la facturation de ce produit. L’eau fournie par cette société peut être utilisée par toute la population de la ville, mais faute des moyens de canalisation qui sont insuffisants, cette eau n’arrive pas à atteindre tous les quatre coins de la ville de Kalemie.

La zone de sante de Nyemba se trouve dans ces genres de difficulté pour certaines des ces espaces sanitaires. L’accès à l’eau salubre en quantité suffisante, l’assainissement de base des installations et l'hygiène sont une nécessité absolue pour préserver l’état de santé d’une communauté et contribuer à son développement économique.

Les aires de santé Kituku et Lubuye ne disposent  pas de points d’eau potable suffisants. Une grande partie de sa population (70 %) reste en dehors de la zone d’impact des canalisations de point d’eau potable, le même pourcentage  de la communauté n’ont pas de toilettes fiables suite au problème de sol qui est en entièreté sablonneuse, les toilettes construite en mode arabe ne dure pas à l’écoulement du sol en contacte avec de l’eau.

L’approvisionnement en eau potable est la principale tâche qu’ont des enfants et des femmes voir même les hommes de ces deux milieux qui sont obligés de parcourir chaque jour plus de 3 kms à pieds pour trouver de l’eau potable et la transporter dans des bidons de 7 à 20 litres. C’est un effort physique considérable et une perte de temps qui pourrait servir à d’autres activités (les devoirs pour les enfants et activités économiques pour les femmes ainsi que des hommes).

De plus, les enfants et les personnes âgées, sont les personnes les plus vulnérables, tombent  fréquemment malades à cause d’une eau de très mauvaise qualité qu’ils utilisent. Ainsi dans ces aires de sante la maladie  cholera devient endémique  chaque semaine le taux de prévalence ne fait que croitre par rapport à d’autre aire de santé de Nyemba.

Suite à diverses demandes répétées de la population, L’ONG Médecin  sans frontière (en sigle MSF) a été contactée pour réaliser l’extension, la réhabilitation des tuyauteries et la construction  de château d’eau, des nouvelles sources d’eau potable afin de remédier à ce grave problème de manque d’eau potable pour la population de la zone de santé de Nyemba.  Mais les aires de santé de Kituku et Lubuye n’étaient pas dans l’entièreté connectées dans ce projet. C’est alors que l’ONG Association Intercontinentale de stratégies de Développement et d’Observation Politique en RD Congo (en sigle AISDOP-RDCongo) a voulu œuvrer dans cette partie de la zone de  santé de Nyemba pour  la réhabilitation des tuyauteries et l’installation des bornes fontaines, des nouvelles sources d’eau potable ainsi que la construction des toilettes publiques  dans certains endroits  des ces aires de santé,   afin de remédier à ce grave problème de la répétition du cholera et autres maladies d’origine hydrique et en passant par des sensibilisations à répétition sur la lutte contre l’insalubrité et les maladies d’origine hydrique telles que cholera. L’organisation aura à créer des comités de gestions qui auront la charge de gérer les infrastructures  (les toilettes et les bornes fontaines).

Le présent projet concerne toutes les actions susceptibles d’améliorer de façon durable l’accès à l’eau salubre et l’accès à des systèmes d’assainissement tant pour un usage domestique que agricole, pastoral ou encore halieutique et en appui au programme sanitaire et éducatif d’où besoin des relais communautaires pour les sensibilisations continuelles sur la lutte contre l’insalubrité et les maladies d’origine hydrique telles que  le cholera et autres à l’intérêt de la population de la zone de santé de Nyemba et particulièrement les aires de santé de Kituku et de Lubuye.

Présentation géographique du territoire

Il est à noter que le District du Tanganyika est appelé à devenir la province du Tanganyika au terme de l’article 2 de la constitution.  Ce district a comme chef  lieu le territoire de Kalemie. Ce territoire a une superficie de 30512 km2 avec une population estimée à 543839 habitants avec une densité de 18 habitants par Km2.

Ce territoire compte deux zones de santé celle de Kalemie et Nyemba. La zone de sante de Nyemba est constituée par 21 aires de santé, dans les quelles nous prenons le cas seulement de ces 2 aires ( de Kituku et de Lubuye ) pour ce présent projet.

Population cible :

La communauté locale se trouvant dans la zone de santé de Nyemba précisément dans l’aire de santé de Kituku et  de Lubuye (hommes, femmes, garçons et filles).

3.  Description du projet

Les autorités de chacun des quartiers recensent les besoins en équipement. L’AISDOP –RD Congo / Kalemie détermine ensuite le programme d'intervention en fonction des priorités, mais aussi d'un "dosage" géographique et sociopolitique, afin qu'aucun quartier n'apparaisse "privilégié" au regard de cette action.
La population creusera  elle-même ou prendra  en charge le creusement de la tranchée, la REGIDESO, avec les financements reçu de L’AISDOP –RD Congo / Kalemie , pose les canalisations nécessaires, et les quartiers attribueront la gérance des  bornes fontaines  à 2 personnes de ces comités de gestion qui aurons  la charge des  entretiens et de la vente de l'eau où chaque famille versera 50FC par  bidon de 20litres. Ces fonds permettront la maintenance et l’entretien des points d’eau. Ces derniers conserveront  une marge pour sa rémunération et l'entretien de l'installation. Mais des toilettes seront gratuites sous surveillance toujours d’autres 2 personnes de comités.

L’insalubrité dans notre territoire de Kalemie fait naître plusieurs maladies  épidémiologiques d’origine hydrique.

Cette insalubrité existe dans un endroit où il ya manque d’hygiènes.  Le concept de situation sociale renvoie à celui des saletés et de l’impropriété au-delà duquel un état de propriété doit être établi. Cette insalubrité est donc une divergence dans la finalité à la combattre pour vivre dans un environnement sain.

Dans ce cas ; prévenir l’insalubrité consiste à former les personnes à des approches de sensibilisation à la propriété et aux différents modes de fonctionnement humain. Les méthodes peuvent varier entre philosophiques, psychologiques, religieuses et relationnelles. Ces approches ont pour but principal de doter les participants d'un référentiel culturel commun. D’où le concept assainissement de l’environnement. La lutte contre l’insalubrité dans une agglomération ne peut être envisagée en dehors de l’insalubrité elle-même : sa nature, ses causes, les personnes qui la vivent, le contexte dans lequel elle se présente.

Une raison qui nous pousse à faire de descente sur terrain dans toute la zone de santé de Nyemba et précisément dans l’aire de santé de Kituku et de Lubuye , pour rencontre la population locale qui est en danger à cause de cette insalubrité. Cet insalubrité est considéré comme une sorte d’état de saletés qui se présente dans un environnement ; dans ce cas, le « résoudre », c'est lutter contre elle, tout en respectant et en mettant en pratique toutes les conditions ainsi que les différents conseils d’hygiène dans le but d’assainir notre environnement et pour arriver à vivre dans un environnement sain.

Importance du projet

Un projet non commercial d’intérêt général ;

  • Qui va apporter des solutions concrètes, pragmatiques et innovantes à des problèmes de développement durable pour l’accès à l'eau potable et à l’assainissement de l’environnement;
  • Qui comporte  une composante éducation et sensibilisation à l’hygiène ;
  • Qui s’adresse avant tout aux populations démunies ;
  • Qui répond à une demande des communautés et respectent les cultures et les réalités locales;
  • Qui utilise les matériaux et techniques appropriées et adaptées à la réalité locale;
  • Qui tient compte des aspects genre (rapports hommes/femmes, filles/garçons par ménage ou groupes) ;
  • Qui doit être susceptible d’avoir un impact mesurable sur ses groupes cibles pour les générations présentes et futures
  • Qui a la capacité locale de répondre à ces besoins à l’issue de la période de financement du donateur ;

Objectif général du Projet :

Le présent projet a pour 2 objectifs généraux :

  • Contribuer au développement urbain, ayant vocation à s’intégrer dans un projet global d’assainissement de la zone de santé de Nyemba plus particulièrement l’aire de santé de Kituku et de Lubuye  tout en  mobilisant de nouveaux partenaires.
  • Equiper progressivement chacun des quartiers de bornes fontaines publiques et des toilettes publiques. Il s'agissait donc, à partir des principales canalisations d'eau existantes, de créer des réseaux secondaires pour Canaliser  de tuyauterie conduisant l’eau dans les bornes fontaines ; vers les quartiers non desservis et d'y implanter une borne fontaine, fournissant ainsi à chacun(e) un point d'eau à une distance raisonnable de son domicile. La population concernée sera associée à tout le processus.

Objectifs spécifiques du projet :

  • Renforcer les capacités  des acteurs des relais communautaires, des autorités locales des communautés, dans le cadre de la lutte contre l’insalubrité et les maladies d’origine hydriques telles que le cholera.
  • Sensibiliser la population à l’appropriation du projet  de  la lutte contre l’insalubrité et Améliorer l’accès à l’eau potable qui passera de 30 % à 100 % dans le village.
  • Eveiller la conscience de la population  pour le creusage de tous à ordures,

renforcer le système de SALONGO (travail manuel une fois par semaine dans le quartier)

  • Construire des bornes fontaines publiques et les toilettes

publiques dans certains endroits  de ces aires de santé,

  • Canaliser des tuyauteries conduisant l’eau dans les bornes de fontaines construites.
  • Accompagner les communautés locales de développement et comité de salubrité de rue dans le cadre de suivi.

Quels sont les besoins pour l’exécution du projet

L’évaluation des besoins pour ce projet nous démontre qu’il faut des outils détaillés pour sa réalisation. Pour les renforcements de capacités des relais communautaires dans la zone de santé de Nyemba, la sensibilisation de population à la lutte contre l’insalubrité, la construction des infrastructures sanitaire, les bornes fontaines, canalisation des tuyauteries conduisant l’eau dans les bornes fontaines construites ainsi que pour accompagner les comités locales de développement, comité de salubrité de rue, dans le cadre  le renforcement des messages d’hygiène et du respect des conseils d’hygiène ;

Nous comptons élaborer  les outils principaux suivants :

  • Les formateurs en matière de lutte contre l’insalubrité et les maladies d’origines hydriques telles que le cholera (2 personnes),
  • Renforcer les capacités des relais communautaires dans ces deux aires de santé, (25personnes/aire de santé, soit 50 relais communautaires), (Soit dans la totalité 50 relais pour l’exécution du projet),
  • Les modules de formation (55  modules pour tous les relais communautaires qui seront formés).
  • Les dépliants ayant un message de lutte contre le cholera et contre l’insalubrité (12948  copies) pour  tous les relais communautaires, ces dépliants seront distribués à toutes les populations qui seront sensibilisées dans les aires de santé de Kituku et de Lubuye,
  • Construction de 10 toilettes publiques de 5portes  à 5 endroits différents soit 50 portes dans l’aire de santé de Lubuye seulement.
  • Construction de 9 bornes fontaines à des endroits différents soit 6 dans l’aire de santé de Lubuye  et 3 dans l’aire de santé de dans Kituku,
  • Réaliser l’extension, la réhabilitation des tuyauteries et la construction  des bornes fontaines de nouvelles sources d’eau potable,
  • Canaliser 3 km de tuyauteries conduisant l’eau dans les bornes de fontaines construites, soit dans l’aire de sante de Kituku nous avons trois axes  de 400 m  par axe qui nous fait 1200 m. Dans l’aire de santé de Lubuye nous avons 6 axes de 300m  par axe qui fait six 1800 m, tous  sont des tuyauteries secondaires de 1 pouce.Pour l’aire de santé de Lubuye  nous aurons à canaliser  2 Kilomètre de tuyauteries principales de 2 pouces,
  • Installation de système de lavage des mains publiques  et des poubelles publiques sur les trois petits  marchés (Babuyu, Lubuye et Kichanga),
  • création de 6 comités de gestions pour assurer la gestion financière des bornes,
  • sensibilisation des familles aux règles d’hygiène et à la gestion de l’eau.
  • Les outils de transports,
  • Matériels de construction (ciment, sables,  charpentes, tôles, tuyaux, robinés, etc.
  • Techniciens maçons,
  • Techniciens de la REGIDESO
  • La communication,
  • La maintenance bureau,
  • Formulaires, fiches des rapports

Méthodologie du projet

Le projet suivra la méthodologie de travail adoptée par la Communauté d’agglomération dans le cadre de sa coopération décentralisée : le renforcement institutionnel (appui aux services municipaux, formation des acteurs locaux, sensibilisation des populations en vue d’une meilleure appropriation des réalisations, dimension économique, etc.), et le développement de projets prioritaires.

L’enjeu que constitue la mobilisation de toute une population autour d’un objectif commun, la salubrité publique, en passant par des investissements au niveau individuel (le puisard) et collectif (pavage et drainage des eaux pluviales), s’inscrit dans la droite ligne des défis du développement local de la ville.

Réalisations envisagées / activités à mener

Le tableau ci-dessous indique les activités à mener pour atteindre chacun des sous-objectifs spécifiques décrits dans le paragraphe précédent :

Sous-objectif

Activités à mener

Objectif spécifique n°1 :

 

Renforcer les capacités  des acteurs des relais communautaires, des autorités locales des communautés, dans le cadre de la lutte contre l’insalubrité et les maladies d’origine hydriques telles que le cholera

  • Préparation des formateurs
  • Reproduction des outils pédagogiques (les modules de formation, les dépliants et autres….) ,
  • Sélection des participants dans chaque aire de santé qui seront appelés à organiser des séances de sensibilisations dans les écoles, les marchés, les églises, les familles dans ces espaces.
  • Renforcement de capacité des relais communautaires,
  • Après leur formation, ils vont pouvoir sensibiliser et  distribuer les dépliants à la population en vue de la  sensibilisation de proximité,
  • Liste des participants,
  • Rapports de formation.

Objectif spécifique n°2 :

 

Sensibiliser la population à l’appropriation du projet  de  la lutte contre l’insalubrité et Améliorer l’accès à l’eau potable qui passera de 30 % à 100 % dans le village

  • Prise de contact dans les communautés
  • Organisation des séances de sensibilisation (outils et manuels de sensibilisation) sur la lutte contre l’insalubrité, Par ailleurs ; il est prévu aussi d’animer des émissions radiodiffusées sur les mêmes thématiques, et les projections.
  • Installation de système de lavage des mains publiques et des poubelles publiques sur les trois petits  marchés, dans Kituku et Lubuye.
  • Réaliser un documentaire sur la lutte contre l’insalubrité et les maladies d’origines hydriques telles que le cholera (ciné forum),
  • Présentation des fiches de présence de participants
  • Rapports de sensibilisation

Objectif spécifique n°3 :

 

Construire des bornes fontaines publiques et les toilettes publiques dans certains endroits  de ces aires de santé

  • Construire des toilettes publiques dans l’aire de santé de Kituku et dans l’aire de santé de Lubuye,
  • Construire bornes fontaines publiques  dans l’aire de santé de Kituku et  dans l’aire de santé de dans Lubuye,
  • Appui au suivi technique et du contrôle de qualité des ouvrages exécutés par les entrepreneurs,
  • Approche transversale par l'appui aux cadres de concertation de quartiers en termes d'organisation, de sensibilisation, d'information, de suivi et de gestion de conflits entre voisins ;

 

Objectif spécifique no 4 :

 

Canaliser des tuyauteries conduisant l’eau dans les bornes de fontaines construites

  • Canaliser 12 Kilomètres de  tuyauteries conduisant l’eau dans les bornes de fontaines construites,
  • Les actions en cours de réalisation sont destinées à s'intégrer dans un projet global de gestion et de traitement des eaux pluviales, des eaux grises et des déchets solides dans 10 rues cibles et leurs ramifications du quartier,
  • Equipement et formation des brigades mobiles de contrôle.

 

Objectif spécifique no 5

 

Accompagner les communautés locales de développement et comité de salubrité de rue dans le cadre de suivi.

 

  • Créer des comités de gestions pour assurer la gestion des bornes fontaines et des toilettes,
  • Ces comités seront mises en place constitués juste  à la fin de la formation des relais communautaires.
  • La mise en œuvre  et suivi d'un projet d'assainissement dans le quartier Kituku et Lubuye,  prioritairement les rues qui sont dans les quartiers.
     

 

 

Extension, réhabilitation et construction de bornes fontaines

Lieu : Quartier Kituku et Village Lubuye et ces environs.

Organisation et mode opératoire

 

Dans le cadre de l’assainissement de l’environnement en RD Congo, dans le District du Tanganyika, Territoire de Kalemie l’AISDOP-RD Congo/Kalemie envisage de réaliser un atelier de formation sur la lutte contre l’insalubrité en milieu rural.

L’atelier rassemblera différentes personnalités concernées par ces situations dans  la zone de santé de Nyemba précisément dans l’aire de santé de Kituku et de Lubuye :

Les chefs des quartiers et les chefs d’avenues les jeunes des quartiers, les enseignants, les confessions religieuses, les relais communautaires etc….

 

Quelques questions à répondre par la suite

 

  • Que ce qui est  à  la base de l’insalubrité et de cholera  dans votre quartier ?
  • Quelles sont les conséquences de l’insalubrité?
  • Quel est l’avantage de la salubrité dans votre quartier ?
  • Comment sont gérés les saletes dans votre quartier ?
  • Comment agissent- t- elles  les autorités faces à ces insalubrités?
  • Quels sont les pistes des solutions que vous proposez pour lutter contre l’insalubrité ainsi que le  cholera?
  • Quelles sont les recommandations à formuler départ et d’autres pour prévenir les  maladies d’origine hydrique et à l’insalubrité ?

Dans tous les cas, il faudra analyser la cause de maladie en utilisant la  méthodologie de l’assainissement de l’environnement:

Pour analyser des causes de maladie  (plusieurs  types  de communication seront appliquées: par ménage, de groupe, etc.)

Les résultats attendus du projet (produits du projet)

Résultats1 : Par rapport  à l’objectif spécifique  n°1.

  • 2 Formateurs en matière de lutte contre l’insalubrité et  le cholera sont préparés,
  • 50 Relais communautaires sont sélectionnés et formés pour l’aire de santé de Kituku et Lubuye dans la zone de santé de Nyemba et  autres pour le compte AISDOP-RD Congo / Kalemie pour accompagner les  comités locales de développement et comité de salubrité de rue qui seront investis et pour le renforcement des  messages d’hygiène et du respect des conseils d’hygiène,
  • 55 Modules de formation sont reproduits pour tous les relais communautaires formés
  • 12948 Copies imprimés des dépliants ayant un message de lutte contre le cholera et contre l’insalubrité, pour tous les relais communautaires, qu’ils auront à  distribuer à toutes les populations qui seront sensibilisées dans ces deux aires de santé lors de leurs séances de sensibilisations,

Résultats 2 : Par rapport  à l’objectif spécifique  n°2

  • Prise de contact dans les communautés
  • 518  séances de sensibilisation (outils et manuels de sensibilisation),
  • 30450 personnes sont sensibilisées, dont : 9135  hommes, 15225  femmes, 2132 garçons et 3958 filles) pour adoption d’un comportement responsable.
  • 12948 Copies imprimés des dépliants ayant un message de lutte contre le cholera et contre l’insalubrité, pour tous les relais communautaires, qu’ils auront a  distribuer à toutes les populations qui seront sensibilisées dans ces deux aires de santé lors de leur séances de  sensibilisations,
  • 13 Installation de système de lavage des mains dans des lieux publics
  • 3 Installations des poubelles publiques sur les trois petits  marchés,

Résultats 3 : Par rapport  à l’objectif spécifique  n° 3

  • 10 Toilettes publiques Construites (dans l’aire de santé de Lubuye),
  •   9 Bornes fontaines publiques dont 4 dans l’aire de santé de Kituku et 5 dans l’aire de santé de dans Lubuye),

Résultats 4 : Par rapport   à l’objectif spécifique  n° 4

  • Canaliser des tuyauteries conduisant l’eau dans les bornes de fontaines construites.
  • L'aménagement des rues les  plus dégradées de Lubuye (pavage et ouvrages de   drainage de type caniveaux ;
  • Le soutien aux Jeunes pour la collecte des ordures ménagères (dotation en    matériel)
  • L'équipement de 1234concessions en puisards ;

Résultats 5: Par rapport   à l’objectif spécifique  n° 5

  • 6  comités de gestions sont crées pour assurer la gestion des bornes fontaines et des toilettes,
  • 1 comité des relais communautaires AISDOP pour accompagner les équipes sur terrain, d’hygiène, assainissement de l‘environnement et la lutte contre l’insalubrité et contre le cholera..
  • Les familles sont sensibilisées aux règles de l’hygiène et à la gestion de l’eau.
  • Un mécanisme de gestion de l’eau et la gestion des infrastructures construites publiquement à l’intérêt de la population ces aire de  santé,
  • La population de Kituku et Lubuye connait les standards minimum de notion d’hygiène
  • Un changement des comportements des populations est observé.

Indicateurs

Liste des indicateurs pour ce projet

Indicateur

1

Nombre de personnes formées, (Formateurs, relais communautaires, et de populations sensibilisées, ) .

2

Nombre des quartiers, avenues, rues touchés par les activités du dit projet.

3

Nombre  total des populations  ayant reçu le message pour chaque quartier, avenue, rues.

3.1

Nombre total des quartiers, avenues ou rue  ciblées et touchées.

3.2

Nombre des séances des sensibilisations pour  toute l’aire de santé.

3.3

Les listes des participants pour chaque formation.

4

Nombre des sessions des formations organisées.

5

Nombre des femmes, des hommes, des filles, des garçons sensibilisés

5.1

Nombre  des relais communautaires formés.

5.2

Nombre de séance de sensibilisation auprès des communautés et types de sensibilisation  (méthodes utilisé : groupe, par ménage, etc.……)

6

Nombre des toilettes construites et ou réhabilitées

7

Nombre des bornes fontaines construites et ou réhabilitées

8

Nombre des tuyaux utilisés pour la de tuyauterie conduisant l’eau dans les bornes de fontaines et le  kilométrage.

9

Nombre des Installations de système de lavage des mains et des poubelles publiques dans des lieux publics.

10

Nombre des comités formés

11

Nombre d’activités  organisées dans le cadre de  lutte contre l'insalubrité en milieu Urbain

 

 

Hypothèses  et risques

AISDOP-RD Congo/ Kalemie attend mener bien les activités. Toute fois si on ne tient pas compte de ces éléments, les résultats risquent de ne pas être atteints. A ce titre les éléments ci-après sont à prendre en compte :

  • Si  les équipes des formateurs et des relais communautaires ne sont pas  bien  accueillir sur le terrain,
  • Si les fonds recherchés ne soient pas obtenus et disponibles à temps dans le compte de AISDOP-RD Congo/ Kalemie.
  • L’insécurité
  • AISDOP-RD Congo/ Kalemie apporte son apport à la réalisation du projet (son personnel);
  • Pour ce qui est de la fiabilité financière, l’AISDOP-RD Congo/ Kalemie appliquera en son sein les principes de transparence contenus dans le manuel des procédures d’AISDOP. La sortie des fonds, quelque soit sa hauteur, sera autorisé par le bureau national de AISDOP-RD Congo par les signatures de 2 personnes mandatées au niveau local (à Kalemie) et sur un motif fondé. Une fois retirée de la banque, les fonds seront gardés dans le coffre-fort AISDOP-RCongo/Kalemie. Pour ce faire, un audit interne sera commandé par le comité de gestion d’AISDOP- RD Congo dans les échéances prévues par notre manuel

Pérennisation du projet

Pour pérenniser les actions issues de ce projet, nous pensons mettre en place un comité de gestion  des toilettes et des bornes fontaines, de surveillance d’assainissement du milieu. Les gestionnaires placeront un agent taxateur qui fera payer 50 FC par bidon de 20 litres.

            Cet argent servira à l’entretien de bornes, des tuyaux et le prime  des agents taxateurs.

Des suivis réguliers de l‘équipe de l’AISDOP-RD Congo/Kalemie  pour contrôler  les communautés locales de développement , comité de salubrité de rue et le renforcement des  messages d’hygiène et du respect des conseils d’hygiène, améliorer les conditions d’hygiène de vie et de santé des habitants et diminuer les risques épidémiques.

Stratégies de partenariat :

  1. Stratégie de mise en œuvre du proje

Dans la mise en œuvre, l’AISDOP-RD Congo/Kalemie compte de façon progressive c.-à-d, commencé par la préparation des formateurs (Le bureau centrale de la Zone de santé  de Nyemba), réflexion avec la  REGIDESO (la canalisation des tuyauteries), l’échange avec la communauté locale (l’emplacement des bornes et des toilettes), la production des outils (dépliants, modules et documentaire,……). Ces outils seront élaborés par  un comité mixte (le Centre Audiovisuel de Kalemie   pour le documentaire à travers les projection à écran géant publique  sensibiliser la communauté sur l’appropriation du projet et la bonne gestion ,  AISDOP-RD Congo / Kalemie, les relais communautaires de ces 2 aires  de santé  de Kituku et Lubuye)  pour les mobilisations dans les différents  quartiers, Avenues, maisons et autres ….

La construction des toilettes et des bornes les techniciens maçons sélectionnés par l’AISDOP-RD Congo/Kalemie,

Tous les 5 volets seront  contrôlés par AISDOP-RD Congo/Kalemie et les tous et les rapports seront  soumis aux bailleurs par AISDOP-RD Congo/Kinshasa

  1. Supports  pédagogiques

Support 1 : Modules de formation

Support 2 : Dépliants sur la lutte contre l’insalubrité et le cholera

Support 3 : Documentaires (Vidéo) sur l’insalubrité

Support 5 : CD émissions radiodiffusées

Suivi et évaluation du projet :

Ces séances de suivi seront assurées tant par la gestion du projet de AISDOP-RD Congo/ Kalemie que par les autres membres du groupe multi-acteurs.

Chaque semaine, l’on tachera d’évaluer les activités réalisées (points forts, points faibles, les défis et rapport hebdomadaires)  et à la fin de chaque mois les rapports des toutes les activités  seront présentés sur la base des données qui sera indiquée par AISDOP-RD Congo. Une tournée journalière sera faite dans l’aire de santé pour évaluer les avancées.

Méthodes de suivi et Evaluation

Types d’activités

Objectifs

Méthode et outils

Fréquence

Atelier de renforcement de capacité formation des relais communautaires

 

Sensibilisation à travers les projections publique diffusion radio

  • Premières rencontres
  • Amener tous les membres de la synergie et de la communauté à mieux connaitre le projet de manière à mieux s’approprier
  • Renforcement de capacité des relais communautaires et mise en place des comités de gestion
  • Sensibiliser la communauté sur l’appropriation du projet.
  • Atelier participatif / analyse contextuelle pour dessiner un état des lieux et les actions appropriées
  • Renforcer  les capacités des relais communautaires
  • Vidéo forum
  • Premier mois du projet (rapport de l’atelier)

 

Travaux de construction des toilettes et bornes fontaines, travaux de   Canaliser de tuyauterie conduisant l’eau dans les bornes de fontaines

ainsi que la réhabilitation de toilettes et des bornes fontaines existantes

  • Construire les bornes fontaines
  • Construire les toilettes
  • Canaliser de tuyauterie conduisant l’eau dans les bornes de fontaines

 

  • Sélection des personnels pour les travaux de  construction et réhabilitation
  • Préparation des matériels et outils nécessaires pour la réussite
  • Emplacement des tuyaux
  • Deuxième, troisième, quatrième et cinquième mois du projet

(rapports mensuels des  travaux)

Visites des sites  dans l’aire de santé par le chef de projet et le coordonnateur AISDOP-RD Congo / Kalemie

  • Se rendre compte  de l’exécution efficace  des travaux en vérifiant tous les point nécessaires ( la mobilisation et les travaux de construction ) et les impacts progressifs
  • Questionnaires
  • Contacts interpersonnels
  • Dialogues avec les bénéficiaires et les chefs de quartiers, des avenues et autres
  • Réunions mensuelles
  • Chaque fin de la semaine   durant les 4 mois des travaux de construction (rapport de mission, réponses aux questionnaires)

Evaluation mi-parcours par le coordonnateur des activités de AISDOP-RD Congo / Kalemie

  • Recueillir les avis et difficultés rencontrées par les intervenants sur terrain en vu de formuler les recommandations pertinentes)
  • Réunion avec les intervenants
  • Contacts avec les bénéficiaires
  • Chaque fin de la semaine et chaque fion du mois  durant toute l’exécution du projet, Rapports de suivi des activités du projet

Evaluation fin projet

  • Vérifier l’efficacité de l’exécution (la tendance des résultats et des impacts
  • Questionnaires
  • Dialogues
  • Evaluation participative avec les acteurs
  • Huitième mois  de l’exécution du projet Rapport d’évaluation et  de fin projet.

Audit interne par le conseil d’administration

  • Contrôler la manière dont les fonds affectés au projet sont gères au regard des règles et procédures financières/administratives
  • Questionnaires
  • Dialogues
  • Exploitation des outils de travail et les pièces comptables

 

  • Huitième mois de l’exécution du projet Présentation des rapports finaux du cotés finance et opération (Fin projet)
 

Chronogramme des activités du projet

Activités

1

2

3

4

5

6

7

8

Responsables

01

  • Premières rencontres sur les terrains dans la zone de santé et l’aire de santé ciblée

 

x

 

 

 

 

 

 

 

  • Le chef de projet
  • Le représentant
  • Le staff AISDOP-RD Congo/Kalemie

 

02

  • Préparation des formateurs

 

x

 

 

 

 

 

 

 

  • AISDOP-RD Congo/Kalemie, la zone de santé de Nyemba

03

  • Elaboration  et reproduction audiovisuel,  des outils ou manuels de renforcements des  capacités pour les relais communautaires et la préparation des tous les matériels pour l’exécution du projet

x

 

 

 

 

 

 

 

  • L’équipe multi-acteurs
  • L’équipe pédagogique multi- acteurs (la zone de santé, le centre audiovisuel, et AISDOP-RD Congo/Kalemie ….

04

  • Sélection des  relais communautaires dans les cibles

 

x

 

 

 

 

 

 

 

  • L’aire de santé et  AISDOP-RD Congo/Kalemie

05

  • Renforcement de capacité des relais communautaires

x

 

 

 

 

 

 

 

  • La zone de santé et AISDOP-RD Congo/Kalemie

06

  • Sensibiliser la population à la lutte contre l’insalubrité
  • Projection publique

 

 

x

x

x

x

x

x

 

  • Les relais communautaires formés par  AISDOP-RD Congo/Kalemie
  • Centre Audiovisuel de Kalemie(CAVK)

 

08

  • Installation de système de lavage des mains publiques et des poubelles publiques

 

x

 

 

 

 

 

 

  • AISDOP-RD Congo/Kalemie   et ses relais communautaires.

08

  • Travaux de construction des toilettes et bornes fontaines des bornes fontaines existantes

 

x

x

x

x

x

 

 

  • Les techniciens maçons sélectionnés par AISDOP-RD Congo/Kalemie

09

  • Travaux de   Canaliser de tuyauterie conduisant l’eau dans les bornes de fontaines

 

 

 

 

x

x

x

 

  • Les techniciens  la REGIDESO

10

  • La mise en place des comités de gestion

 

 

 

 

 

 

x

 

  • AISDOP-RD Congo / Kalemie

11

  • Suivi et Evaluations des activités dans les cibles

x

x

x

x

x

x

x

x

  • AISDOP-RD Congo / Kalemie
  • par le chef de projet et le coordonnateur AISDOP-RD Congo / Kalemie

12

  • Rapport

 

 

 

 

 

 

 

x

  • Le chef de projet et le coordonnateur AISDOP-RD Congo / Kalemie

 

 

BUDGET DETAILLES

 

 

 

 

 

Cout unitaire

Cout Total

Total

Libelle du budget

Unité

Nbre. Unités

Fréquence/mois

(USD Unitaire)

(USD T0tal

 Total Euro)      

I.  COUTS DE MISE EN OEUVRE

 

 

 

 

 

 

Materielles/ Fourniture

 

 

 

 

 

 

Formateurs

Personne

2

3

50,00

300,00

238,10

Formation des relais communautaires

Personne

50

3

15,00

2250,00

1785,71

Fourniture formation

 

1

1

250,00

250,00

198,41

Sous- Total

 

 

 

 

2800,00

2222,22

Equipements Durable

 

 

 

 

 

 

Matériels Bureau - consommables

 

 

 

 

 

 

Mégaphone

pièces

9

1

30,00

270,00

214,29

Appareil photo

pièces

3

1

200,00

600,00

476,19

Pile carton

pièces

12

1

3,00

36,00

28,57

Imprimante

pièces

2

1

250,00

500,00

396,83

Ordinateur+accessoire

pièces

5

1

800,00

4000,00

3174,60

Maintenance ordinateur

pièces

1

1

300,00

300,00

238,10

Téléphone portable

pièces

6

1

30,00

180,00

142,86

hondulaire

pièces

3

1

170,00

510,00

404,76

Stabilisateur

pièces

3

1

100,00

300,00

238,10

Photocopieuse

pièces

1

1

500,00

500,00

396,83

Fourniture de bureau

pièces

1

8

200,00

1600,00

1269,84

Achat générateur

pièces

1

1

800,00

800,00

634,92

Gasoil générateur

pièces

50

8

2,00

800,00

634,92

Maitennce  générateur

pièces

1

3

50,00

150,00

119,05

Sous- Total

 

 

 

 

10546

8369,84

Matériels Plomberie

 

 

 

 

 

 

Tuyeaux 2 pouce

pièces

335

1

100,00

33500,00

26587,30

Coude 2 pouce

pièces

175

1

10,00

1750,00

1388,89

Coude  T 2 pouce

pièces

80

1

10,00

800,00

634,92

Tuyeaux 1 pouce

pièces

500

1

45,00

22500,00

17857,14

Coude 1 pouce

pièces

250

1

5,00

1250,00

992,06

Coude  T  1 pouce

pièces

100

1

5,00

500,00

396,83

Robinet

pièces

200

1

10,00

2000,00

1587,30

accessoir plomberies

pièces

100

1

170,00

17000,00

13492,06

Mains d'œuvres

pièces

20

4

150,00

12000,00

9523,81

Sous- Total

 

 

 

 

91300,00

72460,31746

Matériels Bornes  fontaines

 

 

 

 

 

 

Tank de 5000 litres

pièces

9

1

900,00

8100,00

6428,57

Tank de 1000 litres  pour les toilettes

pièces

10

1

400,00

4000,00

3174,60

construction borne

pièces

19

1

450,00

8550,00

6785,71

construction lavage

pièces

10

1

250,00

2500,00

1984,13

Sceaux de lavage + jag

pièces

13

1

10,00

130,00

103,17

Mains d'œuvres

pièces

32

1

450,00

14400,00

11428,57

Sous- Total

 

 

 

 

157980,00

125380,9524

Matériels construiction toilettes

 

 

 

 

 

 

Fondation

pièces

10

1

1650,00

16500,00

13095,24

Elevation de Mur

pièces

10

1

1350,00

13500,00

10714,29

Crepissage

pièces

10

1

420,00

4200,00

3333,33

Pavement

pièces

10

1

360,00

3600,00

2857,14

Toiture

pièces

10

1

320,00

3200,00

2539,68

Peinture

pièces

10

1

180,00

1800,00

1428,57

Charpent

pièces

1

1

500,00

500,00

396,83

Planfon

pièces

1

1

300,00

300,00

238,10

Peinture

pièces

1

1

50,00

50,00

39,68

Portes

pièces

50

1

50,00

2500,00

1984,13

Fausse septique

pièces

10

1

2500,00

25000,00

19841,27

Accessoires (Goutiers,PVC…)

pièces

10

1

150,00

1500,00

1190,48

Sous-total matériels construiction toilettes

 

 

 

 

72650,00

57658,73

Mains d'œuvres 30%  de sous total

 

 

 

 

21795,00

17297,62

Sous- Total  matériels construiction toilettes + mains d'ouevre

 

 

 

 

94445

74956,35

Transport materiel de construction et canalisation

 

 

 

 

 

 

Location véhicule transport matériels

pièces

1

2

12400,00

24800,00

19682,54

Location véhicule personnel + essence

pièces

1

8

12400,00

99200,00

78730,16

Entretien véhicules

 

1

8

200,00

1600,00

1269,84

Achat moto de supervision

 

1

1

2000,00

2000,00

1587,30

Essence moto

 

100

8

2,00

1600,00

1269,84

Maintenance Moto

 

1

8

100,00

800,00

634,92

Sous- Total

 

 

 

 

130000,00

103174,60

Frais de supervivion

 

 

 

 

 

 

Perdiems

 

10

90

40,00

36000,00

28571,43

Sous- Total

 

 

 

 

36000,00

28571,43

Frais de communications

 

 

 

 

 

 

Cout communication base

 

1

8

100,00

800,00

634,92

Sous- Total

 

 

 

 

800,00

634,92

Location Bureau

 

 

 

 

 

 

Location bureau Kalemie

 

1

8

350,00

2800,00

2222,22

Sous- Total

 

 

 

 

2800,00

2222,22

Mobilisation social+ sensibilitions, projections+ visibilité

 

 

 

 

 

 

Production d'un documentaire

 

1

1

1645,00

1645,00

1305,56

Calicot

 

6

1

60,00

360,00

285,71

Projections

 

10

1

200,00

2000,00

1587,30

Saisie et Impression dépliants Rés

 

12948

1

3,00

38844,00

30828,57

Saisie et Impression Module de formation

 

25

1

20,00

500,00

396,83

tricots  pour la visibité

 

50

1

15,00

750,00

595,24

Emission radio

 

6

1

200,00

1200,00

952,38

Appui partenaires institutionnel de l’Etat

 

1

8

300,00

2400,00

1904,76

Sous- Total

 

 

 

 

47699,00

37856,35

Staff

 

 

 

 

 

 

Superviseur

 

1

8

150,00

1200,00

952,38

Les relais communautaires

 

50

8

50,00

20000,00

15873,02

Sous-Total

 

 

 

 

21200,00

16825,40

Sous- Total Cout de mise en oeuvre

 

 

 

 

595570,00

472674,60

II. COUTS DES PERSONNELS

 

 

 

 

 

 

Personnel de projet-local

 

 

 

 

 

 

Chef de mission

 

1

8

800,00

6400,00

5079,37

Coordinateur programmes

 

1

8

600,00

4800,00

3809,52

Coordonateur des opérations

 

1

8

600,00

4800,00

3809,52

Comptable

 

1

8

350,00

2800,00

2222,22

Assistant logisticien

 

1

8

400,00

3200,00

2539,68

Secrétaire

 

1

8

250,00

2000,00

1587,30

Chauffeur

 

2

8

200,00

3200,00

2539,68

Gardien

 

3

8

150,00

3600,00

2857,14

Ménagère

 

1

8

100,00

800,00

634,92

Cuisinière

 

1

8

80,00

640,00

507,94

Magasinier

 

1

8

100,00

800,00

634,92

Sous- Total

 

 

 

 

33040,00

26222,22

Personnel de support national

 

 

 

 

 

 

Représentant national

 

1

1

5000,00

5000,00

3968,25

Coordonateur programmes

 

1

1

1800,00

1800,00

1428,57

Coordonateur des opérations

 

1

1

1200,00

1200,00

952,38

Comptable /Kinshasa

 

1

1

800,00

800,00

634,92

Administrateur projet Kinshasa

 

1

1

1200,00

1200,00

952,38

Logisticien Kinshasa

 

1

1

800,00

800,00

634,92

sous- Total

 

 

 

 

10800,00

8571,43

Sous-Total cout de tous Personnels

 

 

 

 

43840,00

34793,65

III.   COUTS DE FONCTIONNEMENT

 

 

 

 

 

 

Frais de mission

 

 

 

 

500,00

396,83

Supervision Kinshasa

 

1

3

200,00

600,00

476,19

Billet d’avion aller - retour

 

1

3

1000,00

3000,00

2380,95

Frais de communication

 

2

3

50,00

300,00

238,10

Communication Kinshasa

 

1

8

50,00

400,00

317,46

Appui location bureaux Kinshasa

 

1

8

1000,00

8000,00

6349,21

Sous-Total

 

 

 

 

12800,00

10158,73

Frais Administratifs

 

 

 

 

 

 

Frais administratifs

 

1

8

400,00

3200,00

2539,68

Audit Interne

 

1

2

1 000,00

2000,00

1587,30

Sous-Total

 

 

 

 

5200,00

4126,98

Sous-Total de Couts de Fonctionnement

 

 

 

 

18000,00

14285,71

Sous- Total du Projet

 

 

 

 

657410,00

521753,97

IV.  AUTRES COUTS

 

 

 

 

 

 

Frais bancaires (max 1% du budget approuvé)

 

 

 

 

6574,10

5217,54

Divers/imprévue (max 5% du budget approuvé)

 

 

 

 

32870,50

26087,70

Sous-Total autres Couts

 

 

 

 

39444,60

31305,24

GRAND TOTAL

 

 

 

 

696854,60

553059,21

 

LE BUDGET NARRATIF

 

Ce budget contient des différentes rubriques comme ; Matériels et fourniture du bureau qui constitue l’ensemble de besoin pour les deux formations de 50 relais communautaires.

Dans l’équipement durable nous retrouvons les matériels de bureau et les consommable qui pourrons nous servir durant la période de l’exécution du projet et sur la période de pérennisation du projet dont l’association pourra appuyer les mobilisateurs communautaires, qui seront composés en comités de gestion  se salubrité et les infrastructures contruites. Les matériels roulant nous permettrons de faire le tour des travaux dans les deux aires de santé, les parcours de suivi et évaluation sur terrain, transport des matériels  de constructions et  de sensibilisation, Après la période du projet seul la moto pourra continuer le suivi pour la pérennisation du projet et de l’assurance des bonnes utilisations des toilettes et des bornes publiques.

Il est prévu dans ce projet une série des missions pour les contacts, préparation du terrain. Planifications des activités  de construction et canalisation de tuyauteries d’où  la justification aussi d’une grande partie des couts de la mise en œuvre du projet. 

Deux sujets de fonctionnement sont définis dans  ce projet,  s’agissant du fonctionnement du bureau de l’Association au nord Katanga  son logement, sa communication et  les personnels du bureau qui certains ferons la permanence et d’autres très mobile. Un autre pour le bureau national  de Kinshasa ajoutant les frais des missions des personnels du bureau pour les supervisions des activités et évaluation. Ainsi que les ressources humaines au niveau national seront mobilisé.

Pour la visibilité  les émissions dans des radios communautaires, le calicot et les gilets pourront rayonner. La sensibilisation et mobilisation seront argumenté par les activités des projections de vidéo éducatif  relatif à la lutte contre l’insalubreté et le cholera La réalisation d’un documentaire, les dépliants sur la lutte contre le cholera et linqlubrité  ainsi que les modules de formations font l’objet des outils pédagogiques dans le projet.

Pour facilité la réussite du projet un appui aux partenaires de l’Etat et les frais Administratifs s’avèrent  important dans les devoirs d’un bon citoyen.

Un rapport d’Audit pourra témoigner la concrétisation ou la réalisation du projet sur le terrain et établira une confiance entre le bailleur et l’exécutant.

 

                                                        

Fait à Kinshasa, le 23 /Décembre /2014

                                                           Pour AISDOP- RD Congo

                                                  Emmanuel Kadima

                                                           Le Président Nation         

 AISDOP-RDCONGO

 http: //aisdoporg.wifeo.com

 E-mail : aisdop-rdcongo@gmail.com

Année 2015

03/2015

 
  •  
  •  
     
     
     
    PROJET AGRICOLE DE DEVELOPPEMENT POUR LE KASAI
    Présentation de notre projet agricole artisanal sans argent pour l’auto-
    prise en charge multisectoriel fait avec, machettes, coupecoupes, houes et
    bèches au Kasaï-Occidental (lutte contre la pauvreté dans les ménages de
    plus de 5.000.000 d’habitants).
    AISDOP RD Congo, dans la lutte contre la pauvreté et la sécurité alimentaire dans le cadre
    des produits de premier nécessites au projet est en cour d’exécuter dans le village de
    kalumba chefferie de kalomba secteur de dibatayi territoire de Dibaya, District de lulua dans
    la province du Kasaï-Occidental en une distance a plus de 1000kms au sud de Kinshasa RD
    Congo en suite, de Kananga-kalumba lieu de notre projet situé à plus de 45km.
    3 champs sont disponibles :3 hectares, haricots, 3 hectares, 3 hectares mais et 3 hectares
    manioc.
    En effet, un effort personnel a été l’objet de nous affranchir a nos propres problèmes en suite,
    a coup d’insuffisance matérielles et financières et nous comptons faire mais enfin…
    sollicitons la communauté tant nationale qu’internationale et de la diaspora congolaise de
    bien vouloir nous accompagnées dans cette démarche dument louable en vue de répondre aux
    objectifs du millénaire pour le développement
    En annexe, nos photos faisant foi, nos membres de l’AISDOP RD Congo, travaillant dans nos
    champs précités sujet de développement
    Description de nos photos du projet de la lutte contre la pauvreté dans les KASAI
    1) Photo, représentant de 2 nos membres dans le champ d’haricots de 3 hectares des
    produits de première nécessité
    2) Photo, champ de Mais de 3 hectares
    3) Photo, un champ de manioc en cour d’accroissement et nos membres de surveillance
    de travaux qui de gauche et à droite, portant t-shirt de l’AISDOP
    4) Photo, chef du village rendant les hommages à la loyauté la satisfaction de nos
    activités bénévole.
    L’EQUIPE DE REDACTION DE LA COMMISSION
    AGRO-PASTORALE
    AISDOP RD CONGO
    http://aisdop-org.wifeo.com
    E-mail : aisdop.rdcongo@gmail.com
    A SIGNE
  • Kasaï-Occidental
    Localisation du Kasaï-Occidental (en rouge) à l'intérieur
    de la République démocratique du Congo
    Administration
    Pays
    République démocratique du Congo
    Chef-lieu
    Kanyandu
    Assemblée
    54 sièges
    Sénat
    4 sièges
    Gouverneur
    Alex Kande Mupompa
    ISO 3166-2
    KC
    Fuseau horaire
    UTC+2
    Démographie
    Population
    5 738 420 hab. (2013)
    Densité 37 hab./km
    2
    Langue(s)
    Officielle : français
    Nationale(s) : Tshiluba
    Géographie
    Coordonnées
    5° 54 Sud 22° 27 Est
    Superficie
    154 742 km
    2
    Sources
  •  
  •  

 

 

                  

 


 

Action n°4

Et plus encore ...

Sur le manager, lorsque vous modifiez cette page, ajoutez des lignes ci-dessous afin d'ajouter de nouvelles actions :